UA-75898527-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2012

peut être

" Tu crois qu'il m'entend de la haut...?"

"Tu crois que mes parents s'aiment encore?"

"Tu crois qu'il va revenir un jour?"

"Tu crois que je vais y arriver?"

"Tu crois que si je lui demande, comme ça, il va m'aider?!!"

Peut être.

Oui.

C'est pas la peine de me regarder de haut, de dire qu'il ne faut pas être condescendant, de dire qu'il faut ouvrir les yeux. Je ne répond pas ça par pitié, je répond ça car je le pense. Peut être. Oui. Oui je crois fondamentalement en l'être humain, je crois que les gens sont bons, tous. Tous. Au fond, parfois bien caché.

Je crois que tout ce qui est du domaine du mal vient d'une douleur non maîtrisée. Je crois que les gens pêtent des cables, mais qu'ils sont bons, au fond. Ca ne rend pas tout excusable, mais péter un cable, c'est humain.

Il y a des choses qui provoquent en nous de telles réactions qu'un mécanisme d'auto défense se met en place, et que ce mécanisme peut être mauvais. Qu'il l'est souvent. Qu'il peut blesser, qu'il peut meurtrir, plus ou moins violemment selon les gens. Mais je crois que si on peut soigner la blessure originelle et donner beaucoup, beaucoup d'amour, cela se soigne. Je crois que les gens sont en mal d'amour. Je crois que les gens sont bons mais que certains n'y croient plus. Et que c'est ce qui rend tout plus difficile.

C'est pour cela que je ne sais pas en vouloir à quelqu'un. Que je n'arrive pas à avoir de rancune. J'ai des peines et des douleurs indélébiles liées à certaines personnes. Elles peuvent me faire peur, me faire mal. Mais pas les détester. Je crois que de ma vie je n'ai jamais détesté quelqu'un plus d'une semaine. J'ai parfois l'impression, la douleur peut me le faire croire, l'espace d'un moment, et le moment d'après je sais que c'est faux. On parle de Haine, je ne comprend pas. Je n'arrive pas à me le figurer. Sur une fraction de seconde, oui, bien sur, sur une journée, sur un moment précis de fulgurante douleur. Pas sur des mois, pas sur toute une vie.

Je ne suis en froid avec personne. Je ne l'ai jamais été. j'aime tous les gens que j'ai aimé un jour, parce que ce sentiment ne change jamais. Il y a des gens que je vois moins, des gens que je ne vois plus, du fait de la distance, de la vie simplement, ou d'erreurs qui rendent tout plus difficiles. Mais je ne suis pas fachée contre quiquonque.

Même lui? Même lui. J'ai la douleur tenace mais aucune rancoeur. de la peur, encore, tout de même, même après tout ce temps. La peur colle à la vie, souvent.

Je sais des gens qui font des atrocités que le monde condamne qui n'ont juste pas eu une main tendue. c'est aussi notre faute. Notre très grande faute, que de ne pas donner assez. Cela n'excuse rien, ne justifie rien, n'allège aucune peine. Simplement je suis convaincue de ça.

Il n'y a pas à chercher parmi les grands criminels pour s'en convaincre. Il suffit de regarder autour de soi, parmi ses amis, ou plus simplement en soi.

(egotrip_on)

Je fais des mal les choses, parfois, je fais des choses qui sont males, aussi. Je le sais. Je ne trouve pas ça excusable mais je sais d'où ça vient. J'essaye de dépasser les peurs qui me rendent victime moi même de ces comportements. J'ai blessé des gens, énormément il y a longtemps. petit à petit j'ai appris à me retenir, à me faire violence, à me contenir. A maîtriser mes terreurs et mes réflexes d'auto-défense qui n'abiment pas que moi. Je ne dis pas que je n'ai plus rien à me reprocher, je sais que ce serait faux. Je dis simplement que je ne suis pas quelqu'un de mauvaise, je ne crois pas, même si je fais parfois mal les choses. J'essaye juste d'apprendre la bonne partition. Juste que c'est difficile de faire la part des choses entre son coeur et sa tête, surtout quand elle est malade.

(egotrip_off)

Alors je pense que si on part sur une opinion positive des gens, on leur renvoit une image d'eux qui colle plus à ce qu'ils sont vraiment au fond (bons) qu'à ce qu'ils ont l'air d'être. Et qu'en allant dans ce sens on va dans le bon sens. Dans le doute je suis toujours sûre que la personne à qui je vais m'adresser va m'aider, même si je ne l'ai jamais vu. Je pars toujours du principe que c'est quelqu'un de gentil, et que s'il peut me rendre service, comme ça, gratuitement, par pure gentillesse et générosité, il le fera. Même si ca lui coûte un peu. par bonté.

Presque toujours ils m'ont donné raison, sans même demander les gens sont toujours contents d'aider. On a tous envie de se sentir utile, je crois, ça nous donne une légitimité. Et de se sentir aimé, aussi, et qui n'apprécie pas cet inconnu venu aider? Presque toujours les gens répondent présents. Et je suis sûre que j'ai toujours eu raison de croire. Le doute ne m'aurait jamais servi. Si ca ne marche pas et que je dois me débrouiller, tant pis, mais avoir douté ne m'aurait pas plus avancer. On a rien à perdre à essayer, et tellement à gagner.

(tu as le droit de dire amen.

ouais, je le sens bien qu'on dirait que je prépare mon discours d'investiture de gourou d'une nouvelle secte, mais même pas, en fait. Juste je suis un grand sage quoi ^^ ou alors je dois manquer de calcium^^)

je vous aime avec des bisous aujourd'hui, soyons fous.

Commentaires

Quand tout le monde est en mal d'amour, ça craint, parce que y'a plus personne pour en
donner. Bref, c'est la banqueroute.

Écrit par : Z comme Zalando | 10/11/2012

je crois qu'on est beaucoup à avoir beaucoup à donner. "Ca va le faire"

sinon ben... "tu auras toujours Paris" ^^

Écrit par : lamarie | 10/11/2012

Ma foi, je crois que c'est le début d'une belle amitié...

Écrit par : Z comme Zalando | 10/11/2012

Les commentaires sont fermés.