UA-75898527-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2012

de la beauté

Derrière la buée de la fenêtre. Petite goutte échappée.

Il y a deux types de beauté.

Il y a celle que l'on reconnaît quasiment universellement, qui est intrinsèque aux choses et aux personnes. Les yeux d'un bleu marine, la démarche d'un chaton, la bouche de Diane Kruger, les muscles de la lionne quand elle chasse, la rosée sur la tige du premier perce neige...

C'est une valeur refuge, on essaye de s'en rapprocher dans les jours de doute, on choisi ses vêtements pour qu'ils soient assortis, on se maquille un peu pour arranger ses yeux... Mais le miroir reflete ce qu'on veut, et se rapprocher d'elle c'est forcément ne pas réussir tout à fait, forcément avoir un retour plus dur, plus sec, plus froid. Les beautés froides me fascinent mais ne m'attirent pas.

Et puis il y a la beauté qui n'est pas dans les choses, celle qui est dans les yeux de celui qui regarde. Le brouillard peut être magique... une tasse de thé peut être émouvante, une tempête sur la côte peut toucher au sublime, comme la pluie torrentielle en plein mois de juillet... la couleur d'une tâche, la forme d'une feuille, les gouttes qui rebondissent dans les cendriers en terrasse... ce visage irrégulier, cette petite main potelée, cette mèche de cheveux libérée, cette ride au coin de l'oeil, la petite chanson du soir qui tombe, la couverture jaunie d'un livre tombé là... C'est ma beauté préférée. Parce qu'on peut la projeter partout pour faire de chaque moment voulu un moment bleu...

La liberté dans son regard. Et avec elle un secret du bonheur.

Celle du lâcher prise et de l'acceptation. Celle du sourire à son image dépeignée, de l'affection pour son jean un peu élimé... Elle n'empèche pas de s'amuser avec ces accessoires, mais tout va car on est vraiment dans quelque chose de ludique, d'amusant... On essaye pas de créer une beauté illusoire à partir d'un modèle, on se contente de s'amuser avec l'image que l'on se renvoit. le tout avec bienveillance.

Dans ces moments j'ai envie de tout prendre en photo. Un bout de canapé, une plaque de rue, de l'eau sur le pavé, le sourire de mon frère, le ciel, la lumière. Je voudrais pouvoir trouver l'angle pour le montrer aux autres, qu'ils voient comme c'est joli... Joli comme un poème...



Commentaires

Comme tu as raison ! Parfois les petites choses les plus insignifiantes sont les plus belles^^
Belle semaine

Écrit par : Ellen A Paris (les Fleurs Rebelles) | 06/03/2012

Merci , jolie semaine à toi aussi (m'est avis qu'il va falloir chausser ses lunettes de jolietudes avec assurance, parce que saperlipopette qu'est ce qu'il pleut!)

Écrit par : lamarie | 06/03/2012

Les commentaires sont fermés.